La relaxation Sapir :
Une formation personnelle et professionnelle pour les médecins.

La Relaxation psychanalytique Sapir ou Relaxation à InductionsVariables (RIV) 
est une aide professionnelle destinée aux médecins généralistes tant sur le plan thérapeutique que sur celui de l’enrichissement de la relation soignante. 

La formation (groupe ou individuel) comprend un temps d’inductions, verbales et par le toucher, par un thérapeute relaxateur ; et un temps de parole pour les relaxants qui exposent leur ressenti.

 A quoi sert la relaxation ?

A)   A former à la relation soignant-soigné                                  
Cette méthode apporte un enrichissement de cette relation. Elle est rendue plus vraie, plus créatrice. La relation soignante ne peut s’apprendre. Cette expérience, ce vécu, sont indispensables tant pour le confort du patient (et du médecin) que pour l’application et la qualité des soins. Cette méthode de relaxation « apprend » au soignant à trouver la bonne distance dans sa relation avec les patients (distance tant physique que psychique, éminemment variable). 

B)  A soigner, à guérir (l’outil   thérapeutique)                                                                                                        
      La misère névrotique est immense, les somatisations multiples, les troubles de la personnalité importants. Cette méthode de relaxation peut être utilisée avec succès comme thérapeutique à médiation corporelle dans un grand nombre de formes de souffrances somatiques ou/et psychiques. Les indications sont larges. Elles sont davantage en lien avec une vision clinique dynamique qu’avec un classement préétabli.

Ce n’est pas la  maladie qui fait penser à cette méthode mais le patient.    

                                                                                                                                                                                                                                   
 1  -La relaxation diminue la tension psychologique, améliore «l’état nerveux». 

Elle est indiquée :

   Dans les troubles du sommeil, et avant tout, les insomnies chroniques ;
   Dans les troubles anxieux. (S’occuper de son corps par la relaxation diminue le fond anxieux de toute personne)
   Dans le stress et sa gestion : s’il est inévitable, il nécessite des soins quand il modifie l’homéostasie et devient pathologique. (indication classique).

2. La relaxation améliore les troubles fonctionnels, (palpitations, troubles digestifs, dyspnées, douleurs myalgiques, arthralgiques…) et les somatisations intéressant la musculature, les viscères, les organes.  

3.  La relaxation est efficace dans les douleurs chroniques avec parfois une amélioration rapide surprenante.  

4. Il existe d’autres troubles ou pathologies où la relaxation à inductions variables a montré sa pertinence : certaines formes d’hypertension artérielle avec des effets spectaculaires : l’action sur les risques cardio-vasculaires, la « déprime » et la prévention de la récidive des dépressions, les troubles phobiques (phobie sociale, agoraphobie, attaque de panique…).     

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                          
          La relaxation psychanalytique Sapir (RIV) n’agît pas tant par la détente que par les  changementsqu’elle peut produire dans le corps et dans le fonctionnement psychique.                                                                                                                                                      
          D'un point de vue clinique, elle apporte des soins à la souffrance organique comme à la souffrance psychique quelque soit la manière dont elles se manifestent et les lieux où elles se font entendre. Elle valorise et améliore la relation soignat-soigné. 
                                          

Docteur Jean Marvaud, Bordeaux
neuro-psychiatre, psychanalyste, Président de l’AREPS

retour au portail d'entrée